Yes !

Le trajet Clermont-Dijon que je viens de faire a été l’occasion (outre le fait de passer un paquet de mouchoirs…) de redécouvrir quelques vieilleries qui trainaient au fond de mon iPod.. Bon, de toute manière, c’était soit ça soit le rap qu’avait amené Gabriel ! (super, les trajets avec des pré-ados !)

J’ai donc redécouvert un vieil amour de jeunesse, le groupe « Yes », antique gloire du rock’prog’ des années 70, avec tout ce que ça peut avoir comme cliché : pompeux, hénaurme, solos de 20mn, etc…. Le genre de morceaux bien planants au sens « cerf volant » : suivant les conditions, on peut soit aller très très haut, soit s’écraser comme une vieille m…. !

Pour vous faire découvrir ça « en douceur », enfin pas tant que ça, mais bon, je vous propose deux solos respectivement du clavier puis du guitariste du groupe….

Tout d’abord donc, Rick Wakeman, qui doit être un sale con prétentieux dans la vie, mais qui est un clavieriste à la technique et virtuosité éblouissante… Attention, c’est vraiment à la frontière de l’hyper prétentieux (et parfois aussi, faut bien l’avouer, du Richard Clayderman le plus ringard…) mais c’est réellement impressionnant :

Et on enchaîne avec Steve Howe, le tout timide et talentueux guitariste de Yes, qui a marqué une bonne partie des guitaristes contemporains avec sa grande musicalité et sa technique imparable… C’est fou ce qu’on peut faire avec une simple guitare electro-accoustique !

One Comment

  1. Répondre
    Frantz 21 février 2008

    C’est marrant, cette chanson (la première) je la connaissais jouée par Steve Morse, qui, si je ne me trompe pas, était le guitariste de Deep Purple… qui en est l’auteur ? l’un ou l’autre ? ou un de leurs ancêtres peut être ?
    Enfin, c’est assez marrant, je connais pas du tout (hormi de nom)… le clavier… on dirait un mélange de Jean Michel Jarre croisé avec Jack Bauer, fini par un Jordan Rudess (clavier de Dream Theater).
    C’est assez marrant ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.