Quel concert !

Et voilà, je suis de retour de Paris, voyage express, pas vraiment eu le temps de faire de tourisme, mais alors, je ne regrette pas une seconde ! J’étais donc parti voir David Gilmour, le (ex?) guitariste et chanteur de Pink Floyd.

Bon, ok, je ne suis pas très objectif, vu que je suis sous perfusion Pink Floydesque depuis tout petit, et que j’attendais le retour d’un des membres du groupe depuis bien longtemps… Mais là…pfffiou ! D’hab, dans ce genre de concerts, on en ressort en se disant “bah c’était pas mal pour son age”, alors que cette fois ci on a pu voir un musicien au sommet de son art, débarassé de toute contrainte et pression commerciale, et qui donne vraiment le meilleur de lui même.

Une première partie entièrement consacrée à “On a Island”, son nouveau disque, qui bien qu’un peu “mou” est vraiment très agréable à découvrir sur scène. Et puis, petite surprise bienvenue, “The Great Gig In The Sky”, avec Sam Brown (vous savez, celle de “Stop”), invitée surprise car de passage à Paris en même temps que la tournée.

Mais tout le monde était là pour la deuxième partie, celle des reprises du Floyd… Et là, quel festival ! Une setlist idéale pour moi, et plein de feelings et d’émotions.

Un “bug” marrant au début de la deuxième partie : en plein milieu de “Shine on”, un des morceaux les plus attendus, un des hauts parleurs se met à ronfler méchamment, avec un bruit grave de plus en plus fort (bon je sais, ya un terme technique pour ca!), obligeant Gilmour à s’arrêter en plein milieu de sa chanson. C’est là qu’on voit le grand pro qui a déjà tout vu, là où tout le monde paniquerait, il le prend très cool, blaguant en français, et reprenant tranquilou la chanson depuis le début (alors qu’elle dure 10 minutes !), nous gratifiant d’une version complétement improvisée et totalement différente de celle jouée 5mn plus tôt…du grand art

Et puis sommet du concert, “Echoes”, morceau hénaurme de 20 minutes datant du début des années 70, gourmandise sans prix pour les “hardcore fans”, mais que le groupe n’osait plus jouer depuis des années. Et là, une version d’anthologie, pleine d’énergie, impossible de dire que le groupe est composé pour moitié de musicos ayant atteint l’age de la retraite! La “montée” finale m’a rappelée tellement de souvenirs que j’en avais les larmes aux yeux, c’est la première fois que ca m’arrive à un concert !

Bref, un excellent moment, on n’ose pas espérer une nouvelle tournée dans quelques années… En attendant, l’autre moitié de Pink Floyd, Waters/Mason, jouera en marge du grand prix de F1 à Magny Cours en juillet prochain… je me tate… j’y vais, j’y vais pas…?

2 Comments

  1. Répondre
    mathieu 20 mars 2006

    tu aime les pink floyd? je te conseil donc de tre rendreau concerts des jeunes clermontois de nenupha!
    rock psyche entre pink floyd enervé et zappa sous acides…cela dit zappa peut il etre different?!
    non blague a part du renouveau dans le rock clermontois, un groupe à aller applaudir sur scene le 1er avril au raymond bar a clermont…….
    a plus
    go rock

  2. Répondre
    jdo 20 mars 2006

    ahah merci du conseil je vais tenter d’aller les voir, étant également zappa-ophile 🙂

    tu es le mathieu qui était mon voisin de bureau ya quelques semaines ? 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *