Villa Arpel

Ceux qui connaissent mes goûts cinématographiques savent que je suis un grand grand fan de l’oeuvre méconnue de Jacques Tati, cinéaste français des années 50/60 qui, en 6 films, a marqué à jamais par son style très “à part” le cinéma burlesque, le cinéma français, et…le cinéma tout court.

Une des anecdotes sur Tati qui m’a le plus marqué illustre son côté complètement autodidacte : il est connu pour son inculture assumée cinématographique, et en particulier pour son mépris sur les grand pavés théorisant le cinéma : “moi, les livres, ça me fait mal à la tête”, avait déclaré cet ancien artiste mime issu du music-hall.

Pourquoi je vous parle de ça ? Parce que j’ai appris qu’une expo à Paris allait montrer une reproduction, grandeur nature, de la villa Arpel, une des stars du film “Mon Oncle” et qui représentait toutes les absurdités architecturales des années 50. Un chef d’oeuvre…dans son genre 🙂

Tati travaillait en effet avec Jacques Lagrange, sorte de “directeur artistique” avant l’heure qui avait une formation d’origine d’architecte. Son travail est passionnant, dans “Mon Oncle” bien sûr, mais surtout dans Playtime, grand film maudit de Tati. Cinéma et architecture : deux arts qui me fascinent, chacun dans leur genre.

Ca se passe du 20 au 25 janvier, au Salon “Futur Intérieur”, à la porte de Versailles. J’aimerai pouvoir y aller !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *