Tomber sept fois, se relever huit

Je me permet d’emprunter ce titre à un livre de Philippe Labro (que je n’ai pas lu ! ) pour rompre le silence de quelques longues semaines sur ce blog.

Que s’est il passé pendant tout ce temps ? Pas mal de choses, plein de photos que je publierai sans doute petit à petit ici même… Mais aussi et surtout un passage que je pensais avoir évité pendant ma séparation, mais dans laquelle je dois bien avouer être tombé : une dépression nerveuse, une vraie, dure, qui tombe au moment où l’on s’y attend le moins, et dont on a le plus grand mal a sortir…

J’en reparlerai ici même plus tard, peut être… Pour l’instant, les images qui me reviennent en tête sont celles d’un gouffre sans fond… On dit toujours « quand on touche le fond, on ne peut que remonter », mais en fait je crois bien que je ne l’ai pas vu, ce fichu fond… C’est ptet pas bon signe, ca signifie que je peux descendre plus bas la prochaine fois !!!

Plus sérieusement, je ne pensais pas pouvoir donner autant dans l’autodestruction, ca m’était peut être arrivé aux pires heures de l’adolescence, et encore… Plus rien ne m’intéressait, je me fichais que ma boite coule, que je me grille auprès de mes clients, même mes enfants ne suffisaient pas a me donner la force de sortir la tête de l’eau… Je leur ai fait passer quelques soirées pas franchement terribles, mais c’est finalement par ce biais que j’ai fini par remonter un peu… Je n’avais aucune envie de céder le moindre pouce sur le terrain de la garde alternée, et c’est ce dernier soubresaut de fierté qui m’a remué un peu…

Je n’avais aucune envie, simplement celle de se planquer sous la couette, de ne pas bouger du lit, de surtout ne pas affronter la réalité, la vie, les obligations… Même l’idée d’une sortie entre amis me paraissait une contrainte insurmontable… J’aurai peut être dû être plus limpide, moins vouloir cacher mon état… Je ne suis pas spécialement pudique par rapport a mon état d’esprit, mais là, je ne sais pas, ca passait pas… Comme si je trouvais injuste et décalé que moi, je n’aille pas bien…

La période de Noël a été particulièrement pénible, ca a été mon premier réveillon de noel sans les enfants…

Et puis, un matin, on se réveille, on sait pas trop pourquoi, une idée amusante en tête, une odeur qui nous plait, et d’un coup la vie parait plus légère, moins impossible…

et puis il y a V….. je vous en parlerai aussi, peut être, plus tard, si……….

Merci aux quelques rares fidèles de ce blog, I’m back !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.