Le silence

Dans la catégorie des trucs pas facile à apprivoiser, le silence tient une place importante pour moi depuis quelques temps. Salvateur et pesant, apaisant et laissant plein d’interrogations.

Ce silence, je ne l’ai pas spécialement choisi, mais je l’ai accepté et je le comprend. Il y a des fois où prendre le temps de se poser et de laisser passer les choses est nécessaire. Où les paroles sont de trop, et où il vaut mieux laisser le calme et la sérénité reprendre leur place, chassant rancoeur et chaos.

Le silence aide à penser, à relativiser, à approfondir. A se retrouver soi.

Le silence laisse plein d’inconnues. Plus de discussions, c’est aussi plus de nouvelles, plus d’échanges.

Le silence est parfois dur à tenir, même si on sait qu’il n’aura forcément qu’un temps, qu’à un moment on apprend à se reparler, à se retrouver.

Ma réelle impression d’avancer sur plein de sujets me conforte dans l’idée que c’était une bonne chose de s’imposer ça.

Mais une chose est sûre… Le silence n’efface pas les souvenirs, ni les sentiments.

Le cerveau s’apaise et se structure. Mais le coeur continue à battre, très fort.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.