FAQ nombriliste

Vous n’etes pas sans avoir remarqué que je parlais beaucoup de moi ces derniers temps sur ce blog… Voici quelques explications sur le comment du pourquoi… Et tant qu’à donner dans le nombrilisme, autant aller jusqu’à l’auto-interview !

Pourquoi tous ces questionnements ?

Ceux qui me connaissent un peu savent que j’ai connu des périodes plus joyeuses.. Mais au delà du court terme, il y a dans ce que j’écris des démarches, des introspections que j’aurais dû faire depuis longtemps. Tout ceci fait partie d’une démarche plus globale, qui me remue pas mal les tripes mais qui est, on va dire “un mal nécessaire” !

Pourquoi sur ce blog ?

C’est exhib hein… Quand on m’a proposé de me lancer dans une démarche d’écriture, j’ai trouvé effectivement l’idée bonne : j’adore écrire, et je m’exprime toujours mieux à l’écrit qu’à l’oral. Mais j’ai essayé d’écrire “pour moi”, et je n’y parviens malheureusement pas.. J’ai alors repensé à mon bon vieux blog qui prenait la poussière, et dans lequel j’avais déjà pu me confier dans le passé…

Bon, après, je comprend que la démarche puisse heurter, voire choquer. Si c’est le cas, je vous invite à ne plus lire cette rubrique, qui s’appelle “écriture thérapeutique”. D’écrire m’a redonné le goût de l’écriture, et du coup je me remet petit à petit à écrire aussi sur d’autres sujets…

Mais tu vas si mal que ça ?

Vous vous en doutez, si je pétais la forme, je n’irai sans doute pas sur ce genre de démarche assez douloureuse.. Mais j’ai conscience que ces écrits sont sans doute bien trop noirs, me montrent sous un jour “chouineur” que je n’aime pas beaucoup endosser… Ma démarche consiste à tenter de mettre en avant, en essayant d’être le plus honnête possible, certains aspects de ma personnalité qui me posent question, ou dont j’aimerais me débarrasser… Certainement pas le coté le plus positif ou glorieux de ma personnalité, mais que j’ai envie d’assumer aujourd’hui, pour pouvoir les laisser ensuite derrière moi.

Après, au delà de ça, je ne vais, je pense, pas “si mal” que ça.. Même si elle est douloureuse, la démarche que j’essaie de mener est portée par un certain positivisme, l’espoir de faire bouger certaines lignes et d’aller vers du mieux…

Pourquoi une démarche d’écriture ?

Comme je l’ai dit plus haut, je m’exprime toujours mieux à l’écrit. Et puis l’écrit à une autre vertu : dans les périodes de doute, je peux me relire, me retourner sur ces réflexions aux moments où le doute ressurgit, où les pensées ne sont plus aussi claires…

Ceci dit, j’essaie d’écrire de la manière la plus directe possible, d’un seul jet. Je ne me relis que pour corriger des formulations malheureuses ou des fautes d’orthographe, mais j’essaie de laisser tout le reste, sans calculer ou rectifier. La démarche n’aurait aucun intérêt si je n’essayais pas d’être le plus sincère possible.

C’est indécent de se montrer ainsi en public !

Peut-être… J’assume. Cette démarche me fait un bien fou, et je me sens grandir comme jamais en ce moment. Je reste persuadé que l’on peut tirer de très belles choses positives des périodes les plus noires de son existence. Sont ressorties de ces dernières semaines énormément de culpabilité, voire de honte vis à vis de mes proches. Ecrire est une façon aussi d’exorciser cela, en me montrant… pas à nu, mais le plus sincère possible en tout cas.

Si certains peuvent se sentir concernés, ou blessés par mes mots, je prie de m’en excuser. C’est vraiment une démarche personnelle, et je ne cherche à dénigrer personne… J’essaie au maximum de ne parler que de moi (d’où le côté ultra-nombriliste de la chose…) et je fais tout mon possible pour ne rien dire de mon entourage qui n’a rien demandé et surtout pas de se retrouver ainsi exposé.

Et après ?

Cette démarche n’aura bien sûr qu’un temps. Je sens que la route est encore longue pour moi pour me donner les moyens de ce que je veux être et assumer.. mais plus les semaines avancent, plus je suis sûr du bien fondé de ma démarche, et aussi du chemin qui s’ouvre à moi. Je sais quels sont mes espoirs, et je garde au fond de moi comme un trésor précieux l’espoir de retrouver les rêves qui me sont les plus chers… Je fais le maximum pour m’en donner les moyens en tout cas, et je sais que quoi qu’il m’arrive par la suite… j’aurai grandi.

Je ne cherche pas à changer, on ne change pas les gens… mais plutôt à apprendre à ne laisser parler durablement que la personne plutôt pas mal que je pense être, à condition de ne pas me laisser envahir par tout un tas d’ombres noires..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *