L’enthousiasme de la jeunesse (et autres désolations du soir)

Aaaaah le CPE…. Ca fait un moment que je réfléchis à l’idée de blogger sur le sujet… Etant à la fois plutôt de gauche par affinités, prof d’un côté donc cotoyant donc pas mal à priori la “jeunesse” dont les politiques se gargarisent, et chef d’entreprise de l’autre, tout ça m’amène des sentiments plutôt mélangés et ce n’est pas forcément simple de faire le tri dans tout ça !

Première impression : l’idée de voir la “jeunesse du pays” (dieu que je me sens vieillir, d’un coup…) descendre par centaines de milliers dans la rue pour défendre des idées ultra-conservatrices me dérange pas mal… Je sais pas, c’est sans doute un cliché, mais pour moi la jeunesse est l’époque des rêves, des illusions sans doute, mais aussi des espoirs qui font qu’un pays, qu’un peuple avance… Et avoir comme rêve ultime celui d’un boulot où l’on a toute la sécurité du monde, ça me laisse un peu sur le c… Comme ces ptits jeunes que j’ai eu en entretien d’embauche et qui te sortaient tranquilou à la question “quel projet professionnel avez vous ? – devenir fonctionnaire !”, en soit la carrière d’un fonctionnaire est tout ce qu’il y a d’honorable, mais imaginer qu’un jeune puisse avoir ce genre de projet me laisse très perplexe sur sa motivation….

(NB : je me souviens d’une interview d’étudiante à la tv assez hallucinante : “je suis contre le CPE car avec un contrat pareil on va être obligé de faire tout ce que demande le patron”…ben oui ma cocotte, c’est un peu le concept du patron !)

Un bien joli amphi

Deuxième “constat” : Faire un contrat tout spécial rien que pour les jeunes, sur des bases très polémiques, était sans doute une grosse connerie… Les gens qui me connaissent savent que je suis tout sauf pro-MEDEF (et puis d’abord, le poster d’Ernest-Antoine dans ma chambre, c’est juste parce que je le trouve très beau, na !), mais la proposition qu’ils ont fait d’adapter le CNE (qui bizarrement est passé comme une lettre à la poste, alors que tout aussi polémique…) aux jeunes plutôt que de faire un CPE me paraissait intéressante…

Troisième remarque : la France est la risée du monde entier avec ces manifestations… Déjà qu’on a l’image de ronchons professionnels, on n’a pas l’air con là…. La France est sans doute un des derniers pays d’Europe a ne pas avoir de contrats de travail adaptés à la vie professionnelle actuelle… Bon OK, on a le soutien de Sharon Stone… c’est déjà pas si mal 😀

Quatrième remarque (je vais arrêter de numéroter, ca devient un peu ridicule, non ? 🙂 : en tant que patron moi même (même si je suis surtout patron de moi même, et c’est pas une mince affaire -rires), je trouve assez troublant qu’on aie l’image du patron qui va virer quand ça l’amuse, la plupart du temps ils ont au moins l’intelligence de penser qu’il est plus facile de continuer avec quelqu’un qu’on connait et qui a appris le boulot, plutôt que de repartir à zéro avec un inconnu… Si on parlait un peu du “mérite” qui fait que si on fait ses preuves ya franchement pas de raisons objectives d’être viré… sauf raisons économiques mais dans ce cas le CPE n’apporte pas grand chose de plus, enfin de moins, ou alors les cas d’incompatibilité d’humeur, mais dans ces cas il vaut quand même mieux changer de boulot, non ?

Xième remarque : le job “à vie” n’existe plus, et depuis longtemps ! La plupart de mes amis qui ont la trentaine ont au moins changé de taf 3 ou 4 fois, et parfois dans des cadres de réorientation complète… Bonne ou mauvaise chose, j’aurai tendance a dire pour ma part que toute remise en question est bonne a prendre, mais en tout cas l’idée d’adapter le code du travail aux nouvelles réalités de l’emploi me parait plutôt une bonne idée, même si les termes restent à discuter…

X+1ième remarque : un de mes potes entrepreneurs est en train de galérer au point d’envisager de couler corps et bien parce qu’il doit trouver une solution pour financer le licenciement de son salarié, alors qu’ils sont tous les deux d’accord sur le principe du départ ! On en arrive là… Une société qui pourrait survivre en “réduisant la voilure”, comme on dit, mais où la recherche de contrat ne se fait plus que pour financer un licenciement alors que la personne est d’accord pour partir… écoeurant.

X+Yème remarque : j’ai une toute petite structure, je suis à la fois le commercial, le gestionnaire (si mon expert comptable lisait ça, il rigolerait a gorge déployée 😉 ), et l’exécutif de ma structure, il y a des fois où j’aimerai embaucher, mais avec une visibilité sur mes contrats de maxi 3 mois, comment pourrais je envisager de lancer un CDI ? La solution du CDD ne me satisfait pas plus, vu que j’ai besoin d’une personne plutôt qualifiée, en qui j’ai confiance et avec qui j’ai l’habitude de bosser pour pouvoir le lancer comme ça les yeux fermés dans une formation chez un client. Bref, en résumé, je n’embauche pas, et je refuse ponctuellement quelques missions, ou je les refile a qui veut les prendre. Ca n’est certes pas bien grave, surtout à l’échelle d’une petite structure comme la mienne, mais que vaut il mieux ? Que je ne fasse rien, que je laisse passer le taf et que personne en face n’en profite, ou vaudrait il mieux que je crée de l’emploi, même si ce n’est que pour quelques mois, en faisant mon possible pour faire durer le contrat au maximum ? Si ca marche, en quelques mois j’aurai créé ce qui deviendrait un contrat a long terme, et si ça merde, au moins j’aurai essayé, et j’aurai permis a quelqu’un de bosser pendant quelques mois…

Bref, on peut résumer le tout en disant : “je suis de gauche, et je suis pour le CPE ! c’est grave docteur ?”. Où plutôt, pour une refonte sérieuse de la façon d’encadrer le boulot en France, tout en ne cédant pas, voire en en rajoutant, sur tout un tas d’aspects sociaux qui font la particularité et la qualité de notre si joli mais si horripilant pays ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *