Percevoir le passé

Un article sur l’importance à donner à l’histoire.

Je suis tombé, dans ma revue de presse dominicale, sur cet article consacré au rôle de l’histoire, et à l’importance donnée à l’histoire dans nos réflexions.

L’article en soi est intéressant, je vous laisse le découvrir. Mais une image m’a particulièrement frappé :

Nous avons été élevé avec des montres à cadran : une aiguille marquait des minutes, une autre marquait les heures. A partir du moment où on a plus de montre de ce type, mais un téléphone portable qui certes, donne l’heure, mais l’heure instantanée, tout ce qui est durée disparait. On est toujours au présent. Il est 9h22. Il sera 9h24… Le temps numérique n’est plus le temps mécanique, surtout dans l’expérience qu’on en a.

Etrange constat sur notre environnement, où tout est fait pour nous donner un maximum d’informations en temps réel, mais où l’on gomme la notion de durée, de temps qui passe… A méditer.

One Comment

  1. Répondre
    Sophie 7 janvier 2014

    petite remarque : on ne peut noter la durée, immatérielle, qu’en l’inscrivant dans l’espace, matériel, or le cadran renvoie au cycle qui est une forme fermée sur elle même, assez paradoxal comme expression du temps qui passe. Alors c’est vrai qu’elle donne à voir concrètement ce qui est passé et ce qui est à venir mais le temps ne s’éprouve pas seulement selon des paramètres spatiaux. Je veux dire par là que l’on peut très bien garder cette notion visuelle de durée par la succession chiffrée (numérique) plutôt que par l’écoulement du temps (cadran). Sinon, cela reviendrait à dire qu’un code visuel influence à lui seul notre perception d’une notion qui y est par essence liée arbitrairement. On ne pourrait donc voir que le présent sans le passé ni le futur, et le travail mental alors ? ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *