Champ de distortion de la réalité

Vous allez dire que ça m’obsède, mais je me suis à nouveau penché sur la subliiiiime chanson de Sébastien Tellier, avant qu’elle retombe pour de bon dans l’oubli : si je me suis attaché à sublimer la mise en scène accompagnant la prestation de notre barbu préféré, j’avais en revanche négligé un composant essentiel : les paroles ! Grave erreur….

Oh oh oh
I… I’m alone in life to say
I love the Chivers anyway
‘Cause Chivers look divine
Look away
They try to find the Milky Way
They love to drink it every day

Bon sang mais c’est bien sûr ! Les Chivers… le lait… Mais cette chanson parle du grand chef-d’oeuvre d’Eric et Ramzy, « Steak », réalisé par Quentin Dupieux, l’ex Mr Oizo ! Et le détail qui tue qui m’enlève le moindre doute : Sébastien Tellier jouait dans le film !

Mais qu’est ce donc que ce « Steak » dont je parle ??? Ahah, mais les amis, vous loupez quelque chose !

Bon, je vous sens sceptique… Alors, ce que je vous propose, c’est d’abord une petite revue de presse pour vous rendre compte de la dimension de l’oeuvre :

(…) dès les premiers plans on se laisse guider : auteur d’un Non Film introuvable qu’il faudra se procurer de toute urgence, Quentin Dupieux a la main sûre. –Les Cahiers du Cinéma

Le film s’appelle Steak (aucun rapport avec l’histoire), il ne ressemble à rien, il est très drôle, décharné et complètement lo-fi, mais qu’il existe nous fait un bien fou. –Chronic’art

on se retrouve avec un film profondément atypique (…) entre éloge de l’idiotie fondamentale et satire de l’époque (…) –Libération

hors catégorie, multiplie les références (Lynch evidemment, mais aussi Kubrick, Gilliam avec « Brazil » etc,..), un film d' »auteur » avant-gardiste tres stylisé

Bon, là, vous êtes calmé, quand même !! Un film qui cite Lynch et Kubrick, qui est adulé par les cahiers du cinéma… Et maintenant, tada, la bande annonce ! Cliquez ici pour la visualiser.

Bon, là ya deux hypothèses :

  • Soit je suis un vieux con réac qui ne comprend rien à rien, et surtout pas à l’Art
  • Soit le milieu pseudo intello de mes couilles est en train de se vautrer lamentablement dans des « oeuvres » telles que le foutage de gueule de Tellier, ou cette merde immonde que j’aurai honte de projeter à mon pire ennemi, en snobant tout le monde avec des réflexions du style « Vous ne comprenez rien, les mecs nous offrent leur génie derrière une dérision totale, c’est tellement second degré que c’est génial ! »

Allez, j’assume le fait d’être un vieux con, ça sera pas la première fois 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *